Get Adobe Flash player

Relations « extérieures »

La citoyenneté : un thème qui a inspiré Lou Regnard !

Lou Regnard devant ses camarades de 4B (@ Sylvie / 2017)

Lou Regnard devant ses camarades de 4B
(@ Sylvie / 2017)

En tant que conseiller départemental junior Lou Regnard a vécu une expérience dont il vient de raconter les démarches à ses camarades de classe, les élèves de 4ème B.  Cette restitution d’expérience a été faite à 11h au CDI. Voici le compte-rendu qu’il nous avait écrit en amont :

« Lors d’une session au Conseil Départemental, le thème que nous avions retenu était la citoyenneté. Chacun de nous avait dit ce que cette notion – la citoyenneté – était pour lui.
Par la suite, nous sommes allés à l’Abreuvoir pour rencontrer une personne du nom de Sébastien Foutoyet, metteur en scène de la compagnie SF. Nous nous sommes alors investis dans plusieurs ateliers de mise en voix théâtrale. Lorsqu’il est revenu nous voir au Conseil Départemental, il nous a proposé un jeu amusant. Nous devions imaginer qu’il était un extraterrestre… Notre mission ? Lui donner notre point de vue sur la citoyenneté.
Fort de nos interventions, Monsieur Foutoyet a écrit un texte sur le thème de nos interventions ; la citoyenneté. Lorraine Harris de Paper Addict a ensuite crée un livre-objet reprenant ce texte. Nous avons par la suite chacun réalisé ce même livre-objet grâce à un tuto qu’elle nous avait donné en amont. Ce nouveau livre-objet sera remis au CDI de nos collèges respectifs. Il s’intitule Un matin de notre vie.
Dans le cadre de ses actions de sensibilisation artistique, les directions des services départementaux de l’éducation nationale de la Côte d’Or et du Pays Seine-et-Tilles ont été nos partenaires. »

Lou REGNARD (conseiller départemental junior)

(@ Sylvie / 2017)

(@ Sylvie / 2017)

Photo-journaliste – Kezako ?

Photos conférence   ( © Sylvie / 2017 )

Photos conférence
( © Sylvie / 2017 )

Grâce au Clemi, nous avons rencontré le 24 mars un photo-journaliste. Son nom ? Nicolas Richoffer. Cette rencontre a eu lieu au lycée Boivin, à Chevigny-Saint-Sauveur car, depuis le début de l’année, notre groupe travaille avec la classe de seconde 7 qui étudie aussi les Médias. Petit reportage d’une rencontre médiatique…

Nicolas Richoffer est un journaliste originaire de Chalon sur Saône. Il a 37 ans et déjà 17 ans de carrière en tant que journaliste. Son parcours est atypique car il s’est formé sur le terrain sans passer par des écoles de journalisme. Après avoir travaillé pour des journaux parisiens comme Métro, Le Parisien et 20 minutes, il a posé ses bagages à Dijon pour travailler au sein de Infos-Dijon, un médias numérique (http://www.infos-dijon.com/) . Sa passion est la photographie, mais il rédige aussi des articles. Non seulement les deux sont liés, mais comme Nicolas Richoffer nous l’a expliqué, il s’agit maintenant d’être polyvalent. Lorsqu’il part à l’étranger, il est parfois seul et ne doit compter que sur lui. Il est ainsi parti au Tchad, en Islande, au Sénégal, en Guyane mais encore dans beaucoup d’autres pays. « L’envie d’aller à la rencontre des gens » est, selon lui, essentiel, mais il faut également savoir prendre du recul face à la détresse sur laquelle on entend parfois informer. Il faut « comprendre sans juger ». Il nous a montré des photos qui nous ont parfois beaucoup émus ; photographier des enfants souffrant de malnutrition permet par exemple de susciter l’attention de la société mais cela ne doit pas être facile à regarder…

50 élèves à l'écoute  ( © Sylvie / 2017 )

50 élèves à l’écoute
( © Sylvie / 2017 )

Pour faire ce métier et organiser ses reportages, il faut anticiper de nombreuses contraintes ; préparer son voyage, ses papiers officiels, se renseigner sur les coutumes locales… « Savoir s’adapter » et « saisir les occasions » sont d’autres compétences essentielles. Les plus beaux souvenirs de Nicolas Richoffer ? Les paysages enneigés sous le cercle polaire où l’on peut attendre des heures pour capter – ou pas… – l’aurore boréale, mais aussi les rencontres avec les macaques à toque au Ski Lanka, rencontre rendue possible pour faire un reportage avant la diffusion d’un film d’animation de Disney (Au royaume des singes).

Nicolas Richoffer est vraiment très investi dans son travail. Il voit peu sa famille et dit ne pas tenir en place. Il a pris le temps de venir à notre rencontre car, lorsqu’il était lui-même au lycée, il a eu l’occasion de rencontrer des journalistes qui lui ont donné envie de faire ce métier ! La roue tourne. Son métier le passionne vraiment et cette rencontre nous a beaucoup plu.

Pour découvrir le site de Nicolas Richoffer, rien de plus simple : http://www.nicolasrichoffer.com/

Tribune Libre n°2 : Comment les médias traitent-ils un fait divers local ?

Tribune Libre n°1 : Comment les médias français et américains traitent la vie privée des hommes politiques ?

La Vapeur fait peau neuve

Les travaux de la Vapeur nous intriguaient. Nous avons donc décidé d’y aller afin de poser quelques questions au directeur de cette infrastructure pour en apprendre un peu plus. Son nom ? Yann Rivoal.

Alex, Lucas, Noé : Combien de temps les travaux vont-ils durer ?

Yann Rivoal : Normalement les travaux dureront jusqu’au milieu de l’année prochaine.

A.L.N. : Pourquoi des travaux ?

Y. R.: Après extension, la grande salle de la Vapeur pourra recevoir jusqu’à 1200 spectateurs. Ces travaux ont lieu afin d’augmenter notre nombre de places et d’y ajouter un bar ainsi qu’une salle dédiée aux activités de formation artistique.

A.L.N. : Qui finance les travaux ?

Y. R. : Les travaux sont financés par La Vapeur grâce à l’argent des places vendues pour les concerts et les spectacles.

A.L.N. : Est-ce que les ateliers pour les jeunes seront maintenus ?

Y. R. : Les ateliers seront maintenus. C’est comme avant, il n’y a pas de changement à ce niveau là.

A.L.N. : Le prix des places restera t-il le même ?

Y. R. : Nous ne comptons pas l’augmenter.

Pour plus de renseignements, vous pouvez aller sur le site de la vapeur : http://www.lavapeur.com

Alex, Lucas et Noé

 

18 juin 2016 – 18 juin 1940

Instant solennel  (© Monsieur Le Recteur / 2016)

Instant solennel
(© Monsieur Le Recteur / 2016)

La commémoration de l’appel de l’Appel du 18 juin 1940 a eu lieu ce samedi devant le Monument de la France Libre, Place Gaston Gérard à Dijon.

Après l’inscription au Registre du monde de l’Unesco en juin 2005, le Décret n° 2006-313 du 10 mars 2006 publié le 19 mars institue le 18 juin « Journée nationale commémorative de l’appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi ».

Le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre le combat avec lui en Grande-Bretagne, au sein des Forces Françaises Libres. Par son engagement Charles de Gaulle incarne l’âme de la Résistance. Pour Lisa, élève de 3ème, présente sur les lieux de la commémoration, « c’est important de se souvenir de ces étapes historiques. Cela nous forme en tant que citoyen ».

Pour représenter notre collège et participer à ce moment commémoratif, notre principal Monsieur Bonnefoy, Madame De Bergh, professeure d’histoire géographie et plusieurs élèves étaient présents. Ils ont été accueillis par le Commandant Christophe Simon. Notre recteur, Monsieur Rolland était présent. De nombreuses autres personnalités et représentants des autorités ont fait le déplacement. Il y avait aussi bien sûr des familles. Un même but pour tous : témoigner par leur présence leur respect.

Plusieurs lectures ont ponctué ce temps de commémoration. Dylan Le Coint, élève dans notre collège a lu un discours qui avait été prononcé par Marcel Grégoire-Guiselin, Commissaire de la République de la région Champagne le 28 août 1944, alors que la France est peu à peu libérée. Il voulait alors rendre hommage à tous ceux qui ont permis cette libération. La lecture de l’Appel du Général de Gaulle a été faite par M. André Bergeret, Président de la Fondation de la France libre. Une autre lecture a touché les coeurs ; M. Serge Bideau, Secrétaire Général de la Préfecture a lu le message de Jean Marc Todeschini, Secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et de la Mémoire. Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées devant le Monument de la France libre.

La Terre a tremblé !!!!!!!!!

La Terre a tremblé! Une série de séismes a secoué Kumamoto le 14 avril 2016 au Japon. Aujourd’hui encore les secousses continuent … Nous avons pu nous entretenir au téléphone avec Mme Sumiko Iimura, résidant au Japon pour connaître son sentiment sur ces événements.

Carte du Japon

Carte du Japon

 

Kumamoto est une ville de 1,4 million d’habitants située sur l’île de Kyûshu au Sud-ouest du Japon. Sa superficie de 389,53 km2 fait d’elle la ville la plus peuplée de l’île. Une série de séismes a dévasté la ville. La plus grosse secousse a eu lieu le 14 avril 2016 secousse de magnitude 6,5 sur l’échelle de Richter à 21h26.

A cause de ces séries de séismes

Le bilan est catastrophique :

-47 personnes tuées
-1 000 personnes blessées
-100 000 personnes évacuées et maintenant sans abris.

Nous avons pu réaliser une interview EXCLUSIVE d’une personne habitant au Japon.

Nous lui avons demandé son sentiment, et elle nous a raconté ce qu’elle  a vécu en étant là-bas. Nous voulions savoir ce que les japonais avaient ressenti en apprenant ce qui s’était passé.

1.Quel sentiment avez-vous éprouvés à l’annonce de ce séisme et l’avez-vous ressenti ?
-Le 14/04 même en étant sur l’île de Honshû, nous avons ressenti le séisme. J’ai été très surprise, je ne savais pas d’où il venait. Le lendemain, je l’ai appris en regardant les infos.

2.Qu’a fait le gouvernement pour les personnes sans abris?
-Pour l’instant le gouvernement ne peut pas rebâtir ni construire des nouveaux logements car les séismes continuent tous les jours. Ils sont de magnitudes 2 à 3.
Certaines personnes dorment dans des voitures, et d’autres dans des gymnases mais la situation est très compliquée.
Des gens meurent à cause du stress, notamment des personnes âgés.

3.Les médias ont-ils beaucoup parlé de ce séisme?
-Oui, ils en ont énormément parlé, et en parle encore.

4. Comment les japonais ont ils réagi ?
-Ils ont été particulièrement touchés. C’est pour ça qu’il y a beaucoup de bénévolat pour aider les victimes, par exemple pour distribuer de la nourriture au personnes qui ont perdu leur logement. Mais c’est très difficile d’organiser de l’aide car on ne peut pas circuler en voiture.

N et M.♥

Va jouer à la barbie !

Un cliché ? (© Laurence / 2016)

Un cliché ?
(© Laurence / 2016)

Cet article a été rédigé par les élèves de la classe de 5ème Médias. Il a été envoyé au journal Opinion internationale dont nous avons rencontré l’équipe de rédaction fin avril, sur Paris.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

« Allez, va jouer à la Barbie ! »  Qui n’a jamais entendu ça au moins une fois ? Tout le monde bien sûr. A ce sujet, une collégienne, Coraline, intervient : « au collège, certains garçons ne veulent pas qu’on joue au foot avec eux, mais ceux-là sont des gros machos ! ».

Ce type de cliché a la peau dure ….

Le saviez-vous ? Pour Pierre de Coubertin « le plus important c’est de participer » et pourtant il dit aussi au sujet des JO que les femmes sont là pour « couronner les vainqueurs ». Disons-le, c’est un rôle de potiches ! Pour nos collégiens, ce sexisme est peut-être dû à une différence d’approche… A ce sujet, Victor, 13 ans, s’empresse de dire : « la vision que les garçons ont du sport est bien différente de celle des filles. Nous si on dit sport, on pense qu’à la compét., à la gagne, à se mesurer entre nous. Les filles se prennent moins au sérieux… »

Zone de Texte: Quelques chiffres<br /><br /><br />
En 1936, aux JO d’été de Berlin, c’est une toute jeune fille de 13 ans qui obtient une médaille d’or en plongeon. Il s’agit de l’américaine Marjorie Gestring. Les performances des femmes sont enfin remarquées et les compétitions se féminisent. Les femmes peuvent disputer des matchs de tennis dès 1900, puis toutes les compétitions leur sont progressivement ouvertes. Il faut tout de même attendre 1996 pour les voir apparaitre sur un terrain de  football  et même 2012 sur un ring  de boxe ! Quoi qu’il en soit la conquête de l’olympisme par les femmes est en marche et ça on le doit notamment au CIO qui a inscrit dans sa Charte olympique le principe de l’égalité des sexes.<br /><br /><br />
"Le rôle du CIO est d’encourager et soutenir la promotion des femmes dans le sport, à tous les niveaux et dans toutes les structures, dans le but de mettre en œuvre le principe d’égalité entre hommes et femmes." (Charte olympique 2015, Règle 2, paragraphe 7)<br /><br /><br />
Les principes de Pierre de Coubertin fondateur du CIO ont heureusement bien changé ! Et le nombre de participantes au JO n’a de cesse d’augmenter. En 1964 aux JO de Tokyo, 13% seulement de femmes contre 44% aux JO de Londres en 2012 ! Attention les chiffres des JO de 2016 !<br /><br /><br />
 … mais les femmes entrent petit à petit dans la compétition

En 1899, l’athlète Alice Milliat demande à Pierre de Coubertin d’inclure des épreuves féminines aux J.O. d’Anvers. Il refuse… mais la ténacité de la sportive va ouvrir une brèche.  Et progressivement les femmes  vont se faire une place dans le monde du sport international qui jusque-là était réservé aux hommes. Oui, les femmes participent petit à petit à tous les types de compétitions.

Une parité officialisée aux JO comme à l’école

La parité est officielle, mais qu’en est-il dans les faits ? Le sport s’adapte aux filles, à leurs performances, à l’école, comme aux JO. Concernant l’équité fille/garçons en EPS, Monsieur Bouchez, professeur d’EPS nous rappelle que les nouveaux programmes EPS « répondent aux enjeux de formation du socle commun en permettant à tous les élèves, filles et garçons ensemble et à égalité… de construire 5 compétences… »  Cela fait bien longtemps que l’enjeu de la mixité traverse les différentes réformes. C’est aussi un principe de neutralité. Concernant l’évaluation, Madame Hoc-Maillard, professeur d’EPS rappelle qu’il y a des barèmes différents pour évaluer les performances des filles et celles des garçons notamment pour les activités à performance chronométrique (l’athlétisme ou la natation par exemples). Cela se retrouve dans les barèmes propres aux établissements mais également dans les grilles officielles utilisées lors des épreuves aux examens. Pour les activités programmées, les professeurs font en sorte de mettre tous les élèves (filles et garçons) face à des activités à connotation marquée ; danse et rugby pour tous ! Les élèves se prêtent facilement au jeu de cette neutralité. D’ailleurs, Romane le remarque « il arrive que les garçons soient meilleurs que les filles ! Même en danse !»

 Un problème toujours d’actu.

Même si aux JO, les compétitions féminines sont diffusées et regardées autant que celles des hommes, c’est un fait la couverture médiatique met plus en avant les équipes et les compétitions masculines… Et puis il reste des inégalités qui font souvent l’actu. ; le salaire des joueurs, les primes ou les budgets  alloués à la préparation et à l’entrainement des athlètes différent encore selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme. Que dire d’équipes féminines japonaises qui voyagent en classe éco tandis que leurs homologues masculins qui affichent pourtant de moindres résultats profitent de la 1ère classe ?  Au collège, on n’échappe pas à la règle : Madame Pelinq, professeur documentaliste, observe « qu’iI n’y a pas beaucoup de filles sur les terrains de foot dans la cour de récréation, elles sont plutôt assises sur les bancs…» L’éducation à la parité doit se faire à tous les niveaux.

Aujourd’hui les filles ont donc leur place dans le mode du sport mais quelques semaines avant l’ouverture des prochains JO à Rio de Janeiro, certaines réalités soulèvent encore des interrogations.

 

Blue Day – Le jeudi 16 juin

UNICEF-260x192Nous, élèves du Conseil de Vie Collégienne, avons le plaisir de vous inviter à l’exposition « Les enfants soldats ».

Cette action de sensibilisation vise à mettre en lumière la mission de l’UNICEF, c’est-à-dire la protection des enfants dans le monde.

Cette exposition que nous avons réalisée, sera installée à l’Orangerie du vendredi 10 juin au mercredi 15 juin 2016.  Une proposition de passage des classes permettra aux élèves de venir découvrir cette exposition.

Et afin de manifester notre soutien aux engagements de l’UNICEF en faveur des enfants, nous vous invitons également à participer à la Blue Day, le jeudi 16 juin à 10h00, cour de l’Orme. Il s’agira de tous s’habiller (élèves et adultes) en bleu, couleur de l’UNICEF. Nous prendrons alors une photo collective que l’association publiera ensuite sur son site.

En espérant que vous serez nombreux à participer…

Nous comptons sur vous !!!

 Les délégués du CVC

Portes ouvertes… version 2016

The Voice s'invite à Pardé  (© Ilias / 2016 )

The Voice s’invite à Pardé
(© Ilias / 2016 )

Aujourd’hui notre collège ouvre ses portes. Les visiteurs seront accueillis de 9 h à 12 h et ils pourront ainsi découvrir notre établissement mais aussi tous ceux qui y travaillent ; Monsieur Bonnefoy notre principal, Madame Tomaselli, notre principale adjointe, la plupart de nos professeurs et quelques élèves volontaires ! Quelques ateliers présentent les spécificités de notre établissement. Un temps fort est organisé dans la salle des Actes à 11h ! 

Atelier Le Chimiste (© Ilias / 2016 )

Atelier Le Chimiste
(© Ilias / 2016 )

Nous on travaille en même temps ! Voici un petit sondage effectué auprès des parents que nous avons pu accueillir au CDI : 

* Pour quelle raison êtes-vous venu aujourd’hui ?

Mon enfant est scolarisé ici

Mon enfant a été scolarisé ici

Mon enfant va probablement être scolarisé ici

Autre raison

12

 

 4

44

7

Remarque : 1 voix par famille

Un drôle de guide  (© Océane / 2016 )

Un drôle de guide
(© Océane / 2016 )

* Connaissiez-vous notre journal ?

Oui

Non

16

 51

Ce sondage a donc été fait sur 67 familles. Merci à eux d’avoir pris le temps de regarder notre site et d’avoir répondu à nos questions.

Expo Allemand (© Océane / 2016 )

Expo Allemand
(© Océane / 2016 )

Dje Djess, Ilias et Jules

Catégories

Dis-moi …

Où vas-tu pour les vacances ?

View Results

Loading ... Loading ...

Rejoignez – moi sur …

Sites amis …

lewebpedagogique.com/sguiborat/